Le 4 novembre 2019

Dessine-moi un leader ! Portrait(s)

Les 4 rôles et 4 comportements les plus attendus d’un leader

Vous avez sûrement une idée du rôle et de la posture qui devraient être ceux d’un leader. Nous aussi. Mais entre mythe et réalité, qu’est ce qui définit vraiment un leader aujourd’hui ? Nous avons posé la question à nos collaborateurs et partenaires. Revue de détails du “4/4 du leader” : les 4 rôles les 4 comportements les plus attendus de sa part.

 

Les savoir-faire d’un·e leader

Un·e leader s’illustre d’abord par ce qu’il / elle fait. Et toutes ces actions nourrissent quatre grands objectifs : inspirer, fédérer, faire grandir et accomplir.

Un·e leader INSPIRE 

Quand l’équipe de France de football gagne la Coupe du monde en 2018, c’est grâce au talent de ses joueurs, individuels et collectifs. Comment une telle alchimie a-t-elle pu naître ? Vous avez (une partie) de la réponse : Didier Deschamps. La “méthode Deschamps” est typique d’une approche gagnante de leader : tirer vers le haut ses équipes. Comment ? En les inspirant.

Ainsi, un·e leader doit porter un rêve, quelque chose qui le dépasse”. Pour embarquer les équipes dans cette ambition, il ou elle ”ouvre la voie, porte une vision et guide” les équipes en donnant “du sens, envie, confiance…et envie de le suivre.” 

“Il est habité par quelques chose de plus vaste que lui et il agit pour cette chose avec une vaste et puissante ambition”.

Un·e leader FÉDÈRE

Premier élément indissociable d’un·e leader : il / elle fédère. Il.elle doit avoir un talent particulier pour “faire travailler les équipes ensemble, les embarquer”. Nous en sommes convaincus : en permettant à l’intelligence collective d’émerger, les entreprises peuvent aller beaucoup plus loin.

À propos de l’intelligence collective, faites le test : Êtes-vous (fr)agile ?

Un·e leader doit savoir révéler l’intelligence collective.

Pour un·e leader, plusieurs pistes sont possibles pour révéler l’intelligence collective. Par exemple, comme le disent nos collaborateurs et partenaires, il devrait “générer l’engagement autour de valeurs communes” mais aussi “développer le potentiel créatif des équipes, favoriser la co construction”.

À propos de co-construction, nos formations en management sont toutes co-construites avec vous !

Un.e leader fait GRANDIR

“Soutenir, encourager les initiatives, donner envie de se dépasser, gérer les peurs. Faire grandir l’organisation et les personnes dans le plaisir…”

Une autre facette clé du rôle de  leader est de permettre à chacun de s’épanouir dans ce qu’il / elle fait de mieux. En la matière, nos collègues et partenaires considèrent qu’un·e leader digne de ce nom doit  “créer une membrane équitable et sécurisante autour de son équipe et favoriser la liberté et la responsabilité de chacun·e.

Cela implique de laisser aux collaborateurs et collaboratrices une autonomie réelle et certaine… accompagnée de responsabilités claires

Un·e leader ACCOMPLIT 

Là aussi, les résultats de notre enquête sont clairs. Pour nos collègues comme nos partenaires, Un·e leader est là pourmettre en mouvement, chercher à construire et faire avancer” les équipes et les sujets. Ici, pas de recette miracle mais une recommandation concrète : le ou la leader se doit de “faire avancer les choses.”

Découvrir la célèbre conférence “Les chemins de la réussite”, d’Hervé Gougeon

Un·e leader doit certes déléguer, mais c’est aussi un producteur/une productrice ! 

Un tel objectif tient aussi au travail concret mené par le / la leader. Déléguer est une chose, “se défiler” en est une autre ! Ainsi, selon les propos que nous ont été confiés, un·e leader doit “agir concrètement et mettre la main à la pâte.” Un message clair : un·e leader est aussi un producteur / une productrice !

Les savoir-être d’un·e leader

En plus des savoir-faire, un·e leader s’illustre aussi par ce qu’il / elle est. Quatre mots-clés doivent guider votre façon d’être au travail : authenticité & humanité , liberté et exemplarité.

Un·e leader est LIBRE 

Quand elle fonde les Missionnaires de la Charité en 1950, Mère Teresa le fait en quittant l’ordre des sœurs de Notre-Dame de Lorette. Pour une raison simple : être libre.

Un·e leader est avant tout quelqu’un·e de libre. C’est ce qu’on attend de lui / elle : qu’il / elle suive sa propre voie !

C’est ce comportement typique d’outsider – prendre sa liberté et créer – qui a permis plus de 600 missions de la Charité de travailler dans plus de 120 pays. Un comportement qu’attendent vos collaborateurs et collaboratrices de la part des leaders : selon notre enquête, ceux-ci doiventsortir des sentiers battus” et avoir “un discours tranché, sans concession.”Une vraie liberté de ton.

Un·e leader est EXEMPLAIRE

Là encore, c’est une attente forte. Ainsi, selon les témoignages que nous avons reçus, un·e leader doit “ouvrir la voie” par “les actes et paroles qui sont les siens.

C’est en effet en étant libre que vous pourrez assumer vos choix… et cette liberté vous permettra d’être exemplaire : accomplir le travail nécessaire, maintenir le cap et reconnaître vos erreurs quand nécessaire. Toute proportion gardée, l’exemple du général De Gaulle est intéressant en la matière : on ne pouvait pas faire plus libre que lui ! Ni plus exemplaire…

Un·e leader est HUMAIN et AUTHENTIQUE

Barack Obama aurait-il été élu deux fois Président des États-Unis, contre tous les pronostics d’alors, s’il n’avait pas été perçu comme… humain et authentique ? Quoi qu’on pense de son action en tant que Président, M. Obama avait, lors des campagnes électorales, une capacité hors-normes à communiquer avec conviction… et authenticité. Or,communiquer avec clarté, cohérence et authenticitéfait précisément partie des attentes que nos collègues et partenaires placent chez les leaders.

L’authenticité est une des clés fondamentales du ou de la leader.

Cette authenticité est une des clés du leadership. Faites ce que vous croyez sincèrement. Assumez votre vulnérabilité, vos doutes. Comme nous l’ont rapporté certains témoignages, “humilité, générosité et conscience” sont autant de qualités nécessaires pour un·e leader dont on attend qu’il soit “puissant sans utiliser la force”…

 

Leadership : à chacun·e son style !

Chaque leader a son style. C’est aussi un des enseignements de notre enquête, pour laquelle les répondant·es ont cité des profils très différents. Zoom sur quelques-uns d’entre eux.

  • Les “capitaines” d’industrie, d’entreprise, ou sportifs : “Taiseux” ou “diseux”, ils occupent une place de choix (Zinedine Zidane, Didier Deschamps, Emmanuel Faber, Mercedes Erra, Claude Onesta, Thierry Gaillard…) parmi les réponses à notre enquête.
  • Les “héros” personnels : Parents, grands-parents, référents, mentors, nombreux sont ceux qui soulignent le rôle de leader qu’ont eu pour eux l’un de leurs proches. 
  • Les “hackers” : L’abbé Pierre, Steve Jobs, Xavier Niel, Martin Luther King, Rosa Parks, Barack Obama… Ils ont tous cassé les codes, bravé les interdits, rejeté et contesté l’ordre établi.
  • Les “sages” : Gandhi, Maître Yoda, Mahomet, Mère Teresa. Ils inspirent par leur sagesse et leur persévérance qui ont une portée universelle.
  • La “jeune génération” : Guillaume Gibault, le sémillant patron du slip français ou Kylian Mbappé. Ils incarnent une autre manière de porter le costume du leader : jeune et ambitieux !

Il n’y a donc pas un profil unique du leader mais chaque leader est unique ! Et c’est une bonne nouvelle : au-delà des 4 rôles et 4 comportements attendus , ce qui fait sa force, c’est SON style ! Forcément unique. Forcément différent.

 

Un grand Merci à tous les “répondants”, collaborateurs et partenaires qui nous ont permis de réaliser ce portrait ! Cet article est le premier d’une série à venir sur le thème du leader que vous retrouvez sur notre site. À suivre : 

  • Le dictionnaire ou l’abécédaire du leader transformer
  • Portrait d’un leader transformer
  • Les pièges à éviter pour un leader transformer